Balade littéraire à Mouffetard

• Dossier spécial Salon du Livre 2018

 

A l'occasion du Salon du Livre qui se déroulera 16 au 19 mars 2018 à Paris, nous avons décidé d'enrichir notre bibliothèque de livres et romans mettant Mouffetard à l'honneur ... alors partons dès maintenant pour une promenade littéraire à travers nos rues et les époques !

 

 

 

 

Tous deux silencieux. Tous deux à contempler là-haut, au bout de la rue Valette, le dôme du Panthéon qui dressait son imposante masse sombre sur le fond clair d’un ciel dégagé, sans nuages, mais glacial d’aspect.

 

L'affaire paraît simple mais elle déplaît à Nestor Burma : pourquoi Paul Leverrier, brillant étudiant en médecine, amoureux d'une jolie comédienne, se serait-il tué au revolver le long des grilles du quai Saint-Bernard ? La fiancée soutient la thèse du meurtre. Le détective, lui, croit au suicide. Mais il est vrai que la faune du Quartier latin qui gravitait autour du jeune mort – maquereaux, alcoolos, gourous d'une étrange secte – complique l'affaire.

Alors qui ou quelle ignoble machination criminelle aurait poussé Paul Leverrier au pire ? Et pourquoi un exemplaire des Fleurs du mal circule-t-il dans le secteur ? Si Burma ne perd jamais son flegme et son humour, il sait que c'est un monstre qu'il traque sur le Boul'Mich...

 

 

 

 

"Micmac moche au Boul' Mich'"de Leo Malet
1984
192 pages
Edition : Pocket

 

 

 

 

 

" Je laisse la gare derrière moi et ces masses sombres, le long de la Seine, que l'on appelait les "Magasins du port d'Austerlitz". Les phares de la voiture ou la torche électrique que l'on tient à la main éclairent quelques mètres du quai Saint-Bernard, devant soi. A l'odeur de vin et de charbon se mêle maintenant celles des feuillages du Jardin des Plantes et j'entends le cri d'un paon et les rugissements du jaguar et du tigre. Les platanes et le silence de la Halle aux vins. Une fraîcheur de cave m'enveloppe. On roule un tonneau quelque part, et ce bruit funèbre s'éloigne peu à peu. "

 

24 avril 1933.  Deux jeunes époux se suicident dans leur appartement parisien pour de mystérieuses raisons. 
Cette nuit-là ils auraient fait la connaissance de deux femmes, de deux hommes, fréquenté un dancing, pénétré dans une maison pourvue d'un ascenseur rouge. 
Trente ans se sont écoulés. Le narrateur s'interroge sur leur histoire dont certains protagonistes semblent avoir croisé la sienne. Interrogation qui, en écho, en suscite d'autres. 
Fantômes entrevus, explications jamais venues. Silhouettes, prénoms aspirés par le temps. Paris, aussi, surtout. Perdu, poursuivi, redessiné. 

 

Saviez-vous que ce couple d'amoureux habitait le 26, rue des Fossés-Saint-Jacques ?

 

"Fleurs de ruine"de Patrick Modiano
1991
144 pages
Edition : Le Point

 

 

 

 


«L’incertitude cessait pour Jean Valjean ; heureusement elle durait encore pour ces hommes. Il profita de leur hésitation ; c’était du temps perdu pour eux, gagné pour lui. Il sortit de dessous la porte où il s’était tapi, et poussa dans la rue des Postes vers la région du Jardin des Plantes. Cosette commençait à se fatiguer, il la prit dans ses bras, et la porta…

Il laissa derrière lui la rue de la Clef, puis la fontaine Saint Victor, longea le Jardin des Plantes par les rues basses, et arriva au quai ».

 

Dans la France chaotique du XIXe siècle, Jean Valjean sort de prison. Personne ne tend la main à cet ancien détenu hormis un homme d’église, qui le guide sur la voie de la bonté. Valjean décide alors de vouer sa vie à la défense des miséreux. Son destin va croiser le chemin de Fantine, une mère célibataire prête à tout pour le bonheur de sa fille. Celui des Thénardier, famille cruelle et assoiffée d’argent. Et celui de Javert, inspecteur de police dont l’obsession est de le renvoyer en prison !

 

Vous souveniez-vous que la fuite de Jean Valjean et Cosette avait lieu dans les rues de notre arrondissement ?

 

"Les Miséarables" de Victor Hugo
1862
1664 pages
Edition : Pocket

 

 

 

 

" C’est au crépuscule que la Mouffetard, l’antique « Via Mons Cetardus », vaut d’être parcourue. Les bâtisses n’y ont que deux ou trois étages. Beaucoup sont coiffées de pignons pointus. Nulle part dans Paris, ailleurs que dans cette rue, n’est plus sensible à l’homme qui marche la connexion, la fraternité sournoise qui lie les maisons jumelles. "

 

Raymond Queneau (il n'était pas le seul) regardait Rue des Maléfices comme le plus grand livre jamais écrit sur Paris. Un livre qui l'empêchait de dormir, car les histoires " vraies " que l'ami Yonnet, connaisseur des plus sombres venelles de la rive Gauche. raconte dans ces pages (photos de Doisneau à l'appui) ne sont pas de tout repos. Sentiment d'un autre connaisseur: " Parmi les livres à commander avant le Paradis: Rue des maléfices de Jacques Yonnet. " Raphaël Sorin.

 

 

"Rue des Maléfices" de Jacques Yonnet
1987
312 pages
Edition : Phébus

 

 

 

 

 

Il y avait une fois, dans le quartier des Gobelins, à Paris, une vieille sorcière, affreusement vieille, et laide, mais qui aurait bien voulu passer pour la plus belle fille du monde!

 

Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois une rue Broca. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un Monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon qui s'appelait Bachir. Il était une fois une petite fille. Et c'est ainsi que, dans ce livre, vous allez faire la connaissance d'une sorcière, d'un géant, d'une paire de chaussures, de Scoubidou, la poupée voyageuse, d'une fée, et que vous saurez enfin la véritable histoire de Lustucru et de la mère Michel. Les sorcières et les fées d'aujourd'hui, narrées par le génial conteur et ses petits voisins de la rue Broca, à Paris. Pierre Gripari s'amuse à brouiller les pistes et le lecteur s'amuse avec lui.

 

"La sorcière de la rue Mouffetard ..." de Pierre Gripari
1967
144 pages
Edition : Folio Junior

 
 
 
 
 
 
Laisser un commentaire
ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Vous aimerez aussi

• de Sabine Bourguey
• Editions Depeyrot