Lecture du weekend

Chaque semaine, nous vous faisons découvrir un livre de notre maison

 

Bientôt la fête des amoureux ! Et si on faisait original cette année ? Parce que les fleurs et les chocolats, c’est sympa mais ça ne se lit pas ! Voici Les Petits Meurtres de la Saint-Valentin ! Bon, c’est vrai ce n’est peut-être pas l’idéal pour déclarer sa flamme et pas malin si vous projetez d’enflammer des cœurs…  Mais ces nouvelles sont tellement savoureuses et parfaites pour les adeptes de polars ! Et n’oubliez pas que notre concours 2019 se termine le 15 alors n’hésitez pas à participer ! Du moins, si vous survivez au 14…

 

LE LIVRE – La Saint-Valentin, contrairement à ce qu’affirme la croyance populaire, célèbre la fête des… ASSASSINS !

Pour preuve, les crimes racontés dans ce recueil : d’un document secret de William Shakespeare, aux effets pervers d’un jeu de rôle, des dérives d’un esprit aussi tordu qu’amoureux à l’échec-et-mat d’un brillant commissaire de police, d’une vengeance machiavélique au déni de meurtre, on retrouve dans ces nouvelles l’éternelle équation : la Vie, l’Amour, la Mort.

Les signataires de ces six nouvelles sont les lauréats, sélectionnés par un jury littéraire, d’un concours organisé à l’initiative des Éditions TriArtis.

Seront-ils les auteurs des thrillers de demain ?

 

LES AUTEURS – Les lauréats du concours de nouvelles 2018 : Aurore Suzanne, Sophie Campo, Pierre-Alexandre Murena, Julien Primavera, Benoit Rasson et Julie Toso !

 

SOMMAIRE – Chaque nouvelle présentée !

Une prochaine fois peut-être, Aurore Suzanne : L’enquête du commandant Gilbert Besson de la police judiciaire de Paris, qui traque un tueur en série. « Depuis près de dix ans maintenant, la police se retrouvait avec un meurtre sur les bras le 14 février. Chaque année, le même scénario : des femmes seules, vulnérables, qui laissaient entrer un inconnu chez elles et se retrouvaient ensuite à sa merci. »

Un jeu plus vrai que nature, Sophie Campo : Une murder party plus vraie que nature… « Instantanément, je sentis un frisson d’excitation me parcourir l’échine. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû être davantage déconcerté par ma lecture… »

Une peau de serpent, Pierre-Alexandre Murena : Cet homme est sans scrupule et détruit toutes les femmes sur son passage… « Qui n’a jamais rêvé de changer de vie, de tout reprendre de zéro, sans attache et sans remords, sans sourires et sans larmes ? […] Cette année, cette peau de serpent porte un nom ; un nom qui apaise mon cœur autant qu’il l’étreint, un nom plein de douceur et d’amertume : Anna. »

La Lettre de William, Julien Primavera : Quand une lettre tue sur son passage… « Je ne veux pas savoir comment tu as obtenu ce manuscrit. Fais-en ce que bon te semble… Mais pour éviter de gâcher le reste de ta vie, je te conseille de t’en débarrasser le plus tôt possible. »

Le chiffre noir, Benoît Rasson : La preuve par A±B que le chiffre noir existe… « Existe-t-il des crimes qui ne sont pas connus ? C’est ce qu’on appelle dans le jargon « le chiffre noir »  »

L’Autre femme, Julie Toso : Un homme s’écroule dans un restaurant, la coupable ? La femme en noir, elle en est certaine. « La femme sur la banquette rouge avait pris une entrecôte saignante avec des frites. pourquoi avais-je commandé une salade ? J’avais peur de grossir, peur de me salir, peur d’être jugée, peur de tout, elle s’en moquait. […] J’étais tellement absorbée par mes pensées que je ne vis pas l’homme tomber. L’homme assis en face d’elle. Son mari certainement. »

Publié le 7 février 2019 par Editions TriArtis

Editions TriArtis

19 rue Pascal

75005 Paris

Les Gobelins

0951749629

Ouvert aujourd'hui : 11:00 - 18:00


Editions TriArtis
19 rue Pascal 75005, Paris
Les Gobelins