Lecture du weekend

Chaque semaine, nous vous faisons découvrir un livre de notre maison

 

Les 16 et 17 février auront lieu les 10es Journées Européennes du livre russe et des littératures russophones à la Mairie de Paris V ! TriArtis sera présent ! Venez nous voir, ça nous fera bien plaisir ! En attendant, découvrez un des livres que vous trouverez sur notre stand : Maïakovski / Lili Brik, l’unique et le voyou de Claudine Vincent & Séverine Vincent, dans la collection Scènes Intempestives.

LE LIVRE – Lui, c’est Vladimir Maïakovski, poète génial, figure mythique du mouvement futuriste, pilier fondateur de la nouvelle pensée soviétique, grand provocateur qui joua sa vie à la roulette russe.

Elle, c’est Lili Brik, sœur aînée d’Elsa Triolet, égérie de l’avant-garde révolutionnaire, celle qui fut la femme de sa vie au sens extraordinaire du mot.

De la joyeuse bande bohème de 1915 au militantisme inconditionnel des années de Révolution, des heures sombres de la guerre civile à la désillusion et la lutte désespérée contre la montée hideuse du stalinisme, voici l’histoire d’une passion légendaire.
L’histoire de deux êtres qui ont choisi d’exploser tous les carcans.

La Révolution n’a de sens que si la rue et l’alcôve suivent les mêmes rêves. C’est tout un monde à réinventer sur l’oreiller. Toute une liberté à acquérir dans la rue. Et vice versa.

 

LES AUTEURES – Claudine Vincent

Après avoir découvert le théâtre très jeune au cours d’un spectacle d’école primaire, après avoir tenté l’écriture avec des poèmes naïfs mais sincères au collège, puis écrit « sérieusement » des chansons pour divers chanteurs (Michel Delpech, Isabelle Aubret, Juliette Gréco, entre autres…), Claudine Vincent prend des cours d’art dramatique avec Mary Marquet, Maurice Escande et Béatrix Dussane, puis entre au Conservatoire d’art dramatique de Paris. C’est alors qu’elle abandonne ses ambitions de comédienne pour se consacrer à ses enfants.

Après quelques années de « femme au foyer », après avoir écrit quelques romans jamais publiés, elle s’occupe d’une agence de comédiens, fait de la production d’émissions de télévision pour France 2 et France 3, écrit des nouvelles pour des magazines, puis devient responsable de promotion dans la maison de disques « Une Musique ». C’est alors que le théâtre la rattrape. Elle joue diverses pièces, classiques et modernes, participe à des séries télévisées, tourne quelques films (Contre-enquête de Franck Mancuso, avec Jean Dujardin). Mais l’écriture reste toujours une nécessité. Elle écrit des spectacles pour le Festival de la correspondance de Grignan, invente de courtes histoires qui vont devenir des nouvelles publiées chez TriArtis.

En tant que comédienne, elle participe en 2014 au spectacle Les Fiancés de Loches, la comédie musicale de Georges Feydeau et Maurice Desvallières, mise en scène et musiques de Hervé Devolder, adaptation et couplets Jacques Mougenot. Un triomphe au théâtre du Palais-Royal de Paris. La même année, elle organise, dans les locaux des éditions TriArtis, un récital poétique, « populaire et joyeux », intitulé Tout un poème.

Elle a mis en scène pour TriArtis le spectacle Ça s’appelle aimer de Brigitte Joseph-Jeanneney avec Adrien Biry-Vicente, Angelina Murta, Patrice Revaux, Florian Spitzer.
Elle part en tournée en 2015/2016 avec Les Fiancés de Loches.

 

Séverine Vincent

Formée au Studio 34, elle commence par participer en tant que comédienne à une quinzaine de spectacles classiques au sein de la troupe de Francis Perrin au Théâtre Montansier de Versailles (1995-1998), avant de fonder la Compagnie L’égale à égaux avec certains membres de la troupe du Montansier. Création d’une dizaine de spectacles de 2000 à 2008, notamment La Ronde, Le Barbier de Séville, On ne badine pas avec l’amour, La Nuit et le moment, La Mère confidente et La Mégère apprivoisée.

En 2008, elle est remarquée pour son interprétation de Bette Davis dans Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ?, mis en scène par Didier Long au Théâtre des Bouffes Parisiens, puis au chêne Noir à Avignon et publié aux Editions TriArtis.

Elle collabore à nouveau avec Didier Long en tant qu’assistante à la mise en scène et comédienne sur Simpatico de Sam Shépard en 2012 au Théâtre Marigny, et sur Le plus heureux des trois d’Eugène Labiche au Théâtre Hébertot.

Parallèlement, elle tourne pour le cinéma et la télévision sous les directions, entre autres, de Claude Berri, Sandrine Veysset, Jean Marboeuf, Claude Goretta, Paul Vecchiali, Pierre Granier-Deferre, Aline Issermann, Caroline Huppert, Stéphane Kurc, Cris Briant…

En tant que metteur en scène, elle monte La Mégère apprivoisée, création en tournée saison 2007, et L’Unique et le voyou au Petit Chien (Festival Off Avignon 2012). Elle co-dirige avec Julie Marboeuf La Compagnie des Insoumises, spécialisée dans les lectures-spectacles présentées dans les lieux institutionnels (musées, médiathèques). Elle travaille en tant qu’adaptatrice et metteur en scène pendant une dizaine d’années avec le Festival de la Correspondance de Grignan.

Elle a rejoint L’Art éclair en 2012, et collabore avec Olivier Brunhes en tant qu’assistante à la mise en scène et comédienne sur ses créations (dernièrement : FRACAS). Cette saison, elle a joué dans Les palmes de Monsieur Schutz, mise en scène de Patrick Zard’ (au Théâtre Michel et en tournée), dans Les femmes et les enfants d’abord de Véronique Viel au Festival d’Avignon off, et elle a créé Rue des Plâtrières, un spectacle musical, avec Isabelle Morin, au Théâtre Clavel.

EXTRAIT –

« Elsa, ma petite chérie,

Tu me dis : « Volodia, encore Volodia, toujours Volodia ? » Je te répondrai : l’homme a beau me laisser de glace, le poète m’enthousiasme toujours autant.

Notre Russie orpheline est désenchantée, entre la lourde perte de son père du peuple, et le spectre de la mère nourricière du désastre ambiant : la famine. Malgré tout, nos idéaux ont encore de beaux jours devant eux.

Volodia est maintenant une vraie célébrité de la littérature soviétique. Il est invité partout. Il parcourt le pays en tous sens. Aussi, on l’exporte ! Un véritable tour du monde. Sous la bénédiction de nos autorités. Il sera même bientôt à Paris ! Lorsque tu le verras, ma chérie, surtout raconte-moi tout ce qu’il y fait.

Je t’embrasse, ainsi que Triolet.

Ta sœur qui t’aime.

Lili »

 

 

« Cher-cher, chéri-chéri, aimé-aimé Lilek.

Je suis déjà depuis une semaine à Paris.

Personne n’est venu me chercher à la gare puisqu’ils ont reçu mon télégramme dix minutes avant l’arrivée du train. Si bien que j’ai dû chercher Elsa tout seul, en m’appuyant sur mon français extraordinaire.

M’ennuie, m’ennuie sans toi.

Chaque fois que ta sœur Elsa a une intonation semblable à la tienne, je verse dans un lyrisme cafardeux et sentimental.

Le fameux Paris au printemps ne vaut rien, rien n’y fleurit, sauf des travaux à chaque coin de rue.

Aujourd’hui 1er mai, j’ai décidé de fêter décembre.

Vive le froid et la Sibérie ! Le froid qui a forgé notre volonté de fer.

À bas le doux mois de mai ! À bas la faiblesse ! Vive la haine !

La haine, qui a durci la solidarité ! Vive la Révolution !

Je n’ai rien à dire de moi.

Je me cloître à la maison et je mâchonne des cuisses de poules et du foie gras avec des salades.

Ne déclame mes vers nulle part, sauf dans ma chambre, en messe basse, tout seul.

J’attends toujours mon visa pour les Amériques.

Très copain avec Elsa et Triolet. Me balade avec Fernand Léger.

Affreux de ne pas connaître la langue.

Mal du pays.

Maïkovski »

 

AVIS DE LECTEUR – Très belle histoire d’amour à travers ces correspondances de Maïkovski et Lili Brick, parfois émouvantes et parfois drôles. Un petit bijou !

 

Publié le 14 février 2019 par Editions TriArtis

Editions TriArtis

19 rue Pascal

75005 Paris

Les Gobelins

0951749629

Fermé le Lundi


Editions TriArtis
19 rue Pascal 75005, Paris
Les Gobelins