Lecture du weekend

Chaque semaine, nous vous présentons un livre de notre maison.

 

TriArtis est l’éditeur de deux festivals : celui de la correspondance de Grignan mais aussi celui de L’Invitation aux Voyages. L’annonce vient de tomber, il se tiendra l’année prochaine à Biarritz du 17 au 20 octobre avec pour thème « En reportage ». J’ai donc décidé cette semaine de vous présenter le livre que nous avons publié pour l’édition de cette année qui avait pour thème « Sur la route » : Arthur Rimbaud, Dites-moi à quelle heure je dois être transporté à bord. Adaptation des lettres du poète par Gérald Stehr.

 

LE LIVRE – La vie de Rimbaud après son départ d’Europe, jusqu’à sa mort.

« Si j’avais le moyen de voyager, sans être forcé de séjourner pour travailler et gagner l’existence, on ne me verrait pas deux mois à la même place. Le monde est très grand, et plein de contrées magnifiques que l’existence de mille hommes ne suffirait pas à visiter.

Mais d’un autre côté, je ne voudrais pas vagabonder dans la misère, je voudrais avoir quelques milliers de francs de rentes, et pouvoir passer l’année dans deux ou trois contrées différentes, en vivant modestement, et en faisant quelques petits trafics pour payer mes frais.

Mais pour vivre toujours dans un même lieu, je trouverai toujours cela très malheureux. »

 

L’ADAPTATEURPeintre et écrivain, Gérald Stehr, né le 21 avril 1949 à Paris, est membre fondateur d’un groupe d’artistes parisiens, auteur de plusieurs livres, de scénarios et de piéces de théâtre pour les enfants.

À l’Ecole des Loisirs, il a écrit les textes de livres de différents illustrateurs, dont ceux de son frère, Frédéric Stehr. Il a réalisé aussi de nombreuses adaptations pour le théâtre, principalement pour le Festival de la correspondance de Grignan.

 

L’AUTEUR – Très jeune, Arthur Rimbaud fugue pour rencontrer à Paris des poètes, dont Verlaine, avec lequel il entame une vie d’errance. Après leur querelle (le 10 juillet 1873, à Bruxelles, Verlaine tire sur Rimbaud, qui a 19 ans, et le blesse au poignet), qui vaudra deux ans de prison à Verlaine, il publie Une saison en enfer.

A partir de 1874, il ne cessera de voyager, occupant divers petits emplois dans de nombreux pays. En 1880, il part pour l’Afrique où il passera ses dernières années, négociant et trafiquant du Yémen à l’Ethiopie et en Abyssinie, avant de revenir mourir en France.

 

LE MOT DE GERALD STEHR – Le sujet, c’est le voyage. La fuite. Heureux celui qui s’en va, mais pas pour s’en aller, dit un proverbe. Toute sa vie, Rimbaud fuira dans la quête absurbe d’une économie positive, avec sa ceinture d’or, rêvant à un retour, toujours repoussé, pour s’établir, se marier et élever un fils selon la science et la raison.

Verlaine, lui, voyagera sur place, ressassant son merveilleux péché, entre désir et culpabilité.

 

PHOTOS – La lecture lors du festival.

« On me croit fou, et toi, le crois-tu ? »

Publié le 13 décembre 2018 par Editions TriArtis

Editions TriArtis

19 rue Pascal

75005 Paris

Les Gobelins

0951749629

Ouvert aujourd'hui : 11:00 - 18:00


Editions TriArtis
19 rue Pascal 75005, Paris
Les Gobelins